23 juin 2009

Des mots dans le sable...

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 159 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal,... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 15:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

04 juin 2009

Dors, ma petite fiancée

En 1931, ses pièces La nuit italienne et Légendes de la forêt viennoise triomphent à Berlin. Deux ans plus tard, quand les nazis se mettent à brûler les livres, ceux de Ödön von Horvarth sont du nombre. «Auteur dégénéré», comme Heinrich Heine... Ödön von Horvath, dramaturge austro-hongrois de langue allemande, est né à Fiume (aujourd’hui Rijeka, en Croatie) en 1901. Après des études en hongrois, avec un précepteur personnel, à Budapest, puis en allemand à Vienne et à Munich, il se consacre très vite à la littérature. Son... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 15:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2009

La vie continue... Karl Kraus

Karl Kraus (1874-1936), dramaturge, poète, critique, satiriste autrichien, a laissé une œuvre considérable dont une petite partie seulement a été traduite en français. Il compte aujourd’hui encore parmi les meilleurs défenseurs et illustrateurs de la langue allemande. Il a fondé en 1899 une revue intitulée Die Fackel (Le Flambeau) dont il interrompra la parution en 1933, à l’avènement du fascisme.  En trente-quatre années, 20000 pages publiées dont les plus nombreuses sont de sa plume! Dans toute son œuvre, il n’a... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 20:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 2009

L’humour de Lichtenberg

Mathématicien, physicien, philosophe, l'Allemand Georg Christoph Lichtenberg (1742 - 1799) était de ces hommes du XVIIIe siècle qui brillaient dans bien des domaines sans que l’on puisse parler d’eux comme de «touche à tout». Ce serait les injurier. Ils exerçaient avec sérieux leurs activités diverses. Mais avec Lichtenberg le mot sérieux doit être utilisé avec prudence. Pendant des années, il a griffonné sur des cahiers de brouillon (Sudelbücher) des notes satiriques en grand nombre. Publiées après sa mort sous le... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 21:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2009

Tant de perles précieuses...

Six vers de Heinrich Heine (Düsseldorf, 1797 – Paris, 1856) pour une amie revenue de sa cachette... Tant de perles précieuses se cachentAu fond de l’océan. Tant de belles fleursNe connaissent jamais le baiser d’un regard.Seule les voit s’épanouir la forêt silencieuse.Dans le vide du désert – inconsolées –Elles dilapident leurs suaves parfums. La vie de Heinrich Heine, l’un des grands poètes romantiques allemands, a été marquée par l’incompatibilité entre ses origines juives et son identité allemande. L’antisémitisme lui... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 15:06 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
20 mars 2009

Au printemps

Salomon Gessner est né à Zürich en 1730. Il y est mort en 1788. A part quelques années passées à Berlin, il a toujours vécu en Suisse. Imprimeur et libraire comme son père, journaliste avant de créer une entreprise de fabrication de porcelaine, puis de devenir homme politique, il a toujours écrit (pièces mythologiques, poèmes). Il a reçu chez lui la famille Mozart et Johann Wolfgang von Gœthe lui rendit visite, montrant son intérêt pour l’auteur. Gessner ne s’est marié qu’à trente-et-un ans. Le poème un peu désabusé qu’il adresse... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2009

Mars

Une neige vient de tomber,Car il n’est pas encore venu le tempsQue de toutes les fleurettesQue de toutes les fleurettesNotre vue soit réjouie.La vue du soleil nous égare,Ses doux rayons sont trompeurs,Même l’hirondelle est menteuseMême l’hirondelle est menteuse.Et pourquoi ? Elle vient seule.Dois-je me réjouir, solitaire,Même si le printemps approche ?Mais si nous venons à deuxMais si nous venons à deuxDéjà l’été sera là.Johann Wolfgang von Gœthe Traduction : Antoine Mack <!-- /* Font Definitions */ @font-face ... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 20:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
22 décembre 2008

Chantez tout bas, tout bas, tout bas

Clemens Brentano (1779-1842), écrivain et poète allemand, est l’auteur, entre autres, de contes rehaussés de poèmes, inspirés des légendes populaires. Voici la traduction d’une berceuse qui évoque Ameleya, princesse devenue la tendre amie d’un meunier, dans « La légende du meunier Radlauf ». Comme souvent dans la littérature préromantique et romantique allemande, la mort apparaît au détour d’une phrase, d’un vers, inattendue, inéluctable...  Mais ici, dans les derniers vers, les abeilles et les sources réveillent la petite... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 23:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,