forsythia


Salomon Gessner est né à Zürich en 1730. Il y est mort en 1788. A part quelques années passées à Berlin, il a toujours vécu en Suisse. Imprimeur et libraire comme son père, journaliste avant de créer une entreprise de fabrication de porcelaine, puis de devenir homme politique, il a toujours écrit (pièces mythologiques, poèmes). Il a reçu chez lui la famille Mozart et Johann Wolfgang von Gœthe lui rendit visite, montrant son intérêt pour l’auteur.

Gessner ne s’est marié qu’à trente-et-un ans. Le poème un peu désabusé qu’il adresse ici au printemps témoigne-t-il d’une certaine solitude dans sa jeunesse ?

Au printemps

A quoi me sert-il, ô printemps,
Que sur toutes les prairies
Tu sèmes les plus belles fleurs
Si  je ne peux pas, sur tes fleurs,
Danser avec une jeune fille ?
A quoi me servent tes fleurs
Si aucune demoiselle
Ne peut m’en faire une couronne ?

A quoi me sert-il que les arbres
Projettent des ombres nouvelles
Si je ne peux pas, avec une compagne,
M’assoupir dans ces ombres ?
A quoi me sert que tu fasses neiger
Des pétales de tous ces arbres,
Si tu ne fais rien neiger,
A mes côtés, sur une jolie poitrine ?

Que m’importent alors tes fleurs,
Tes ombres, tes pétales ?

Salomon Gessner

Traduction : Antoine Mack