05 août 2011

Du détournement des eaux folles

- Dites-moi, les enfants, est-ce que vous connaissez ça? - Bien sûr, c’est le lit de la Doller, tout près du pont de Bourtzwiller. - Ah bon, vous connaissez ... Vous savez aussi, alors, à quoi sert cette étrange construction? - Ben non, pas vraiment... Nous y allions nous baigner quand nous étions petits, avec les copains. C’était amusant. - !? - En réalité, le jeu consistait surtout à se pousser dedans. - ?! Mais c’était dangereux, avec ces branches qui dépassent et les arêtes aiguës du béton! - Pas du tout!... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:39 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

14 juillet 2011

Mes pieds

Mes pieds avaient bonne mine, ce matin. Les bals, petits bals, ne les sollicitent plus les jours commémoratifs de grandes révolutions... et d’ailleurs, hier soir, il pleuvait encore à seaux. Foutu mois de juillet! Hier, ils étaient fatigués d’avoir marché par les bois, derrière chez nous. Vers minuit, les contemplant, je les ai trouvés bien gonflés, du bas des mollets jusqu’aux orteils. Dans ces cas-là, me dit la pharmacienne, asseyez-vous au bord de la baignoire, jambes à l’intérieur, et douchez-les d’un fort jet d’eau froide,... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 13:18 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
05 mai 2011

Grand black baraqué

Sous les voûtes végétales de la verte cathédrale où l’oiseleur, tous les matins, s’en va mener ses chasses pacifiques, vous rencontrerez de drôles d’oiseaux coureurs. Des maternelles à tête grise qui chuchotent leurs bavardages pour éviter de couvrir les chants qui volent de branche en branche. Elles vont à pas lents, discrètes, et vous saluent à mi-voix. L’oiseleur  murmure aussi. L’aphrodite aux pieds agiles, vêtue pour la course d’éclairs phosphorescents, vous adresse un sourire un peu timide en vous croisant. L’oiseleur... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 15:14 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
11 avril 2011

Plaisirs de Séléné

Lorsqu'elle compose ses sensuelles historiettes nocturnes, Séléné dit il ou elle... restant sur son quant-à-soi. Pourtant, lisant elle aime, les plus nombreux lecteurs, et même les lectrices (un sondage sérieux le montrerait aisément), lisent Séléné aime... Pour peu que le héros tienne dans la brève narration quelque rôle plaisant, en trouvant il, les hommes lisent je. Lisent l'autre (... un soupçon de mépris, un brin de condescendance), si Séléné  prête à celui-là des allures un peu moins nobles. Mais, quoi que nous... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 15:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
26 mars 2011

Heure musicale

Violon d'Ingres, Man Ray  Est-ce encore de plaisir qu’il convient de parler, cher Marquis? Entre seconde et tierce, pour passer à l’heure d’été, sont-elles donc devenues importunes, ces coupures de sommeil!  Comme elles nous indifféraient naguère puisque nous ne dormions pas! Les angelots du plafond s’en souviennent encore... Vous préfériez alors célébrer mon corps et le compariez souvent au Violon d’Ingres de Man Ray. Un cello, disiez-vous, dont vous aimiez caresser, avec les mots, avec les mains, caisse de... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2011

Dans l’air froid du matin

© BBC News Quatre heures, en ce premier lundi du carême. La ville a éteint toutes ses lumières. Il fait encore nuit noire sur le Rhin.... et voilà que se mettent à vivre, dans les ruelles étroites de la vieille ville, de la Place du marché jusqu’aux abruptes collines de la cathédrale et de la Heuwaage (la pesée du foin), des centaines de lanternes multicolores. Porteurs d’étranges images satiriques, ces lumignons se dressent sur les têtes des musiciens de nombreuses cliques qui s’avancent au rythme lent des fifres et des... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 18:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

04 octobre 2010

Autour de midi, les oiseaux

Sous le charme brun, la pie déjà cherche quoi voler. La tourterelle se baigne, près du pin, dans une flaque de soleil. Dans la cour du collège, des moineaux ébouriffent leurs plumes (sergent-major ?), piafs alignés deux par deux, bons élèves. Un sombre corbeau passe et croasse à leur adresse, professeur acariâtre, des articles du règlement intérieur et des menaces de retenue collective. Le long de la pelouse, un jouet mécanique, ailes véronèse et ventre pistache, secoue par saccades sa tête noire casquée de velours rouge.... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:38 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
31 août 2010

Retour des plaisirs

Enfin quelqu’un qui pense à nous! Le Docteur Yoshiro Nakamata, multi-inventeur japonais, a mis au point un fauteuil de concentration maximale. Avec cet engin, il se fait fort de réaliser nos rêves les plus fous. Vingt petites minutes de sieste sur l’étonnante bergère donneront accès à une stimulation vivifiante de l’activité cérébrale, à la réduction à quatre heures par jour (ou par nuit, si vos habitudes vous inclinent à  dormir dans le noir) du besoin de sommeil, avec... (spécial megabonus pour les hommes!) éradication... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
21 août 2010

Etonnantes prévisions de Georg Christoph Lichtenberg

Hirondelles (Christine Rouanet) Autant que Sebastian Brand, dont la Nef des Fous est ma demeure spirituelle depuis des années, j’apprécie beaucoup, vous le savez, Georg Christoph Lichtenberg. Cet homme, hypocondriaque bossu puis chancelant valétudinaire, qui refusa tout net, à 57 ans, d’entrer dans le XIXe siècle puisqu’il mourut en 1799, appliquait à l’observation de ses congénères un art si perspicace que l’on peut se dire, le lisant, qu’il nous voyait déjà, nous, avec plus de deux siècles d’avance! Tenez, l’autre... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 10:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
09 août 2010

Le forsythia en été

Valérie Mack Elle pratique le jardinage avec une passion hérétique qui lui aurait valu le bûcher en d'autres temps.Juste sous les branches du forsythia, elle accroche des jardinières dans lesquelles elle sème des capucines, des volubilis. L'été venant, les vrilles sortent, grimpent, s'entortillent, se faufilent dans le vert, se perdent par ici pour ressortir par là, où on ne les attendait pas. Oubliant son jaune éclatant du début mars, le forsythia se couvre en juillet d'un éclaboussement de rouges orangés, de violets... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:27 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :