19 mai 2010

Mon jardin n’a besoin...

  Iris germanica Revenons à Stefan George (1868-1933), important poète lyrique de l’école néo-romantique allemande, dont nous avons déjà lu Voyez les oiseaux début décembre 2009. Grand voyageur à travers l’Europe, Stefan George a rencontré Verlaine, Mallarmé, Rodin, entre autres, lors d’un séjour d’études à Paris. De 1900 jusqu’à sa mort, il a mené sa vie selon des règles de conduite très sévères, s’appuyant sur l’amitié d’hommes d’une élite européenne dont il  partageait les idées.  Loin de celles des nouveaux... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2010

Articulets désarticulés (1)

    Jockey  A la une de France-Soir (grand format), une photo sur toute la hauteur de la page. Un cheval du tiercé est tombé à Auteuil, au saut de la dernière haie. On ne distingue, dans l’herbe, que son encolure et sa tête. Debout près de lui, un tout jeune jockey pleure.   Flammes  Le feu rouge du train se dilue dans la brume. Ils montent par les rues en pente, par les escaliers. Quand ils se retournent, ils voient les grandes flammes des hauts-fourneaux. Soleils les plus brillants dans les nuits les... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2010

Mémoire(s)

  La découverte toute récente de l’œuvre de l’artiste catalane Isabel Pons Tello m’a donné envie de présenter son blog dans mes liens. Ces rencontres qui surviennent impromptu sur la toile ne manquent pas de charme. Avec le feu, Isabel Pons Tello travaille de très belle manière le fer rouillé, des pièces mécaniques et des résines, se servant de ces matières pour réveiller, entre autres, des souvenirs mythologiques, des pans de mémoire du passé. La photographie que je reproduis ici, avec l’aimable autorisation d’Isabel,... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 23:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
09 mai 2010

Quand je lis Le Gaulois...

Il m’arrive parfois de m’intéresser à ma dernière vie antérieure. Alors je remonte le temps. Vous dites que c’est impossible? J’affirme le contraire. Il suffit de se plonger dans les collections des journaux du temps passé que vous souhaitez revivre. Le Temps, Le Matin, Le Petit Parisien et bien d’autres. Le Gaulois, tenez! En voilà un qui couvre presque l’espace d’une vie humaine, de 1868 à 1929. Tour à tour bonapartiste et antirépublicain, puis légitimiste et conservateur, il restera toujours un quotidien de haute tenue... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 13:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
06 mai 2010

Plaisir interdit

Quand j’avais sept ans, nos petits plaisirs étaient simples. A l’heure de la traite, le soir, nous allions à l’autre bout du village pour chercher le lait. Directement de la vache au consommateur, aurait-on pu dire. Sur le chemin du retour, nous nous arrêtions un instant, soulevions le couvercle du bidon, en prenant bien garde de ne rien renverser, et  nous trempions un doigt dans la mousse blanche et onctueuse. C’était bon ! Au temps des cerises, les plus grands grimpaient aux arbres; les petits attendaient que les... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 18:20 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
03 mai 2010

La palissade

Rubrique scientifique du Professeur Bubble-Komm, de la Flascheputzer-Universität de Kapperschlapperscheim-sur-Moder Galaxies folles fonçant vers le... Chers étudiants et autres lecteurs, doux foldingues intergalactiques qui courez à votre perte à la vitesse (quasiment) de la lumière, je reviens d’un court séjour de vacances studieuses dans un trou vraiment noir. J’en rapporte et publie ici un document qui prouve que mon vénéré confrère Edwin P. Hubble (les vents de l’espace veuillent enfin réunir, de son âme, les z’ions... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

29 avril 2010

Amour courtois

Le texte qui suit n’est pas exactement une traduction. Il s’inspire librement d’un poème de Ludwig Uhland écrit en 1811 et probablement suggéré à l’auteur par la littérature courtoise française, pendant un séjour d’études à Paris (1810-1811). Préromantique? Uhland a été longtemps professeur à Tübingen où il est né en 1787 et mort en 1862.   Le chevalier de la nuit Sur des accords de guitare, un chant Rompt le silence de la nuit sans lune. Un homme est venu sous mon balcon. Ses mots courtois sont montés vers moi. De... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 19:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
26 avril 2010

Celui qui rejetait les femmes

  François Boucher (1703 - 1770) - Vénus, Pygmalion et Galatée Etrange artiste que ce Pygmalion, habitant de l’île de Chypre et sculpteur de très grand talent, qui, s’il faut en croire Ovide, déteste et fuit les femmes parce qu’il est scandalisé de la conduite de certaines qui ont refusé de reconnaître la divinité de Vénus. Ces femmes, la déesse les a contraintes, en représailles, à se prostituer près de son temple, avant de les laisser, imperceptiblement, se transformer en rochers.   Pygmalion vit donc... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2010

La maison qui surveille la mer

Quand la mer se retire de l’anse et s’en va loin vers le Nord, la maison se retrouve juchée sur un absurde promontoire. La baie devient alors un grand baquet vide, fond plat de sable humide et dense. Elle a la taille d’un hippodrome. Chaque  été, un week-end durant, aux marées les plus basses, l’on y organise d’ailleurs des courses de chevaux. Ils se sont assis au bord de l’estran. Tournés vers l’Ouest, ils regardent la maison et, derrière elle, le disque rouge du soleil qui descend, très loin, tout là-bas, sur la région... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 18:40 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
16 avril 2010

Lili Marleen, histoire d’un flop

  Lili Marleen. Un texte écrit en 1915, une mélodie de spot publicitaire de la fin des années trente... et un bide absolu. Vient la deuxième guerre mondiale et, avec elle, le succès universel que l’on sait. D’après le Spiegel.de, un livre-audio de Rosa Sala Rose doit paraître en Allemagne, qui expliquera la métamorphose. En attendant, petite révision d’un grand classique basée sur des informations de Katja Iken, du site einestages du Spiegel.   Photo: Getty Images Janvier 1915. Hans Leip, 21 ans, fusilier de la garde... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 20:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :