26 août 2010

Heinrich Heine: fulgurances

Heinrich Heine, le piéton de Paris avant l'heure, nous y revenons souvent. Pas de poème aujourd’hui, mais quelques notes fulgurantes sur ses congénères. A commencer par l’oiseleur... Il est des gens qui sont persuadés de très bien connaître les oiseaux, parce qu’ils ont vu l’œuf d’où ils sont sortis. OOO X. est plus un ami des pensées que des hommes. Il a quelque chose d’Abélard – a-t-il trouvé son Héloïse? OOO Ma mère raconte que pendant sa grossesse elle a vu, dans un verger du voisinage, une pomme qu’elle n’a pas voulu... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

21 août 2010

Etonnantes prévisions de Georg Christoph Lichtenberg

Hirondelles (Christine Rouanet) Autant que Sebastian Brand, dont la Nef des Fous est ma demeure spirituelle depuis des années, j’apprécie beaucoup, vous le savez, Georg Christoph Lichtenberg. Cet homme, hypocondriaque bossu puis chancelant valétudinaire, qui refusa tout net, à 57 ans, d’entrer dans le XIXe siècle puisqu’il mourut en 1799, appliquait à l’observation de ses congénères un art si perspicace que l’on peut se dire, le lisant, qu’il nous voyait déjà, nous, avec plus de deux siècles d’avance! Tenez, l’autre... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 10:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
16 août 2010

Petit précis de bonne politique d’urbanisme

Lahore Le maire: Le point n° 37 de l’ordre du jour de ce conseil appelle l’attribution de noms aux cinq rues du nouveau lotissement situé le long de la rivière D. Il s’agit d’un ensemble d’une cinquantaine d’immeubles à caractère social que la loi nous oblige à construire sur le territoire de la commune. Ce sont en fait des maisons individuelles érigées sur des terrains de trois ares qui permettent l’aménagement, à l’arrière, soit d’un jardinet potager, soit d’un minuscule espace d’agrément. Le Directeur du Service d’aménagement... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:38 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
09 août 2010

Le forsythia en été

Valérie Mack Elle pratique le jardinage avec une passion hérétique qui lui aurait valu le bûcher en d'autres temps.Juste sous les branches du forsythia, elle accroche des jardinières dans lesquelles elle sème des capucines, des volubilis. L'été venant, les vrilles sortent, grimpent, s'entortillent, se faufilent dans le vert, se perdent par ici pour ressortir par là, où on ne les attendait pas. Oubliant son jaune éclatant du début mars, le forsythia se couvre en juillet d'un éclaboussement de rouges orangés, de violets... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:27 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :
24 juillet 2010

Articulets désarticulés (2)

Réserve naturelle Tous les matins, sur l’île inondable de Rhinau, réserve naturelle entre Vieux Rhin et Grand Canal d’Alsace, le crapaud sonneur à ventre jaune a rendez-vous avec l’escargot poilu. Ils échangent quelques mots sur l’humidité ambiante. Conversation à sens unique qui laisse indifférent le grand fleuve. Qui passe... Digital natives Avant même de quitter le lycée, ils ont à leur actif 200000 e-mails, 20000 heures de télé trash, 10000 heures de jeux vidéo, 10000 heures de téléphone mobile... Zappeurs impénitents... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 21:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
19 juillet 2010

La peur (Hermann Schmitz)

Hermann (Harry) Schmitz, est né en 1880 à Düsseldorf. Fils maladif d’un directeur d’usine, il interrompt ses études, dès l’âge de 18 ans, pour aller en Corse soigner une tuberculose. Un an plus tard, alors qu’il n’est pas guéri, il revient en Allemagne et son père l’incite à entreprendre une carrière commerciale. En même temps, il se met à écrire alors des contes, des poèmes et des pièces courtes qui paraissent dans des journaux et dans des revues satiriques, telles que le célèbre Simplicissimus. Il lui arrive aussi de présenter... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

12 juillet 2010

La soif de l’or

Midas célèbre l'arrivée de Silène par une orgie de dix jours et d'autant de nuits... Dans le monde chatoyant d’Ovide, peuplé de dieux tout-puissants et maladroits, de demi-dieux moins puissants et parfois un peu bornés, de monstres pathétiques ou grotesques, de héros aimés des hôtes de l’Olympe ou écrasés par le mauvais vouloir des mêmes, d’êtres humains innocents souvent et la plupart du temps victimes, de femmes belles et courageuses au point de se mesurer aux déesses, il fallait bien qu’apparût un jour... l’imbécile heureux.... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 20:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
07 juillet 2010

Histoire de deux grenouilles

  Aviez-vous appris qu’en Inde, jadis, Barun (beau nom qui désigne le vent) et Bijuli (joli nom qui signifie le tonnerre) ont été mariés en grande pompe pour convaincre  Barun Devata, le dieu de la pluie, d’ouvrir enfin les écluses célestes restées désespérément fermées depuis de longues semaines? Les jeunes héroïnes de cette fête, deux grenouilles vertes, sont allées passer leur lune de miel dans une mare des environs du village où fut fêtée leur union, désireuses d’y accomplir leur mission en croassant des prières à... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 18:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
02 juillet 2010

Pieds nus

Dimanche dernier, vers onze heures du matin, j’ai rencontré deux chaussures de dame. Abandonnées au bord de la route que j’empruntais pour retourner chez moi, après une heure de marche en forêt. A qui appartenaient ces chaussures? A une femme certainement, mais cette femme, que faisait-elle là? S’est-elle déchaussée dans la nuit de samedi ou alors dimanche à  l’aube? Pourquoi l’a-t-elle fait? Avait-elle mal aux pieds? A-t-elle poursuivi son chemin après avoir enfilé des bottes de sept lieues? Ou alors, est-elle montée, en... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 21:45 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :
29 juin 2010

Paresseux aphorisme

  Un matin, soleil levant, mais lui encore somnolent, Lao Tseu me dit Deux points, ouvrez les guillemets... Il vaut mieux ne rien faire... J’approuve volontiers le philosophe, l’applaudis même des deux mains et retournerais presque, sans hésiter, me royaumer sur ma couche. Il est encore si tôt! Il vaut mieux ne rien faire... est une affirmation qui me sied le plus agréablement du monde. Ces mots se suffisent à eux-mêmes! Le problème (de conscience, pour l’intarissable bavard que je suis) est que vous n’auriez plus rien à... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :