23 février 2010

Le beau fruit de l’inceste

L'accouchement de Myrrha - Bernard Salomon, Lyon, 1557 Malheureuse Myrrha, c’est l’une des Furies qui a soufflé sur toi les poisons dont étaient gonflés ses affreux serpents. Tu t’épris de Cinyras, roi de Chypre, qui n’était autre que ton père... Certes tu as lutté longtemps contre cette passion fatale, désespérant un jour et le lendemain prête à tout oser. Tu as senti ton esprit s’égarer. Ne trouvant plus de repos, tu as voulu trouver un remède à ton mal en choisissant la mort. Déjà tu attaches à une poutre le funeste... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 15:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2010

Le mimosa

Coiffe alsacienne Stéphanie était la tante de mon père. La nôtre aussi, par voie de conséquence. Les dimanches matins, pour aller à la messe, elle était l’une des dernières à porter la grande coiffe alsacienne, celle du Kochersberg.OOOOOElle avait son caractère, Stéphanie. Même âgée, elle ne s’en laissait conter par personne. Surtout pas par les hommes! Quand les GI’s sont venus nous libérer fin novembre 1944, elle a abrité dans sa ferme à colombages un groupe de ces soldats qui étaient commandés par un grand escogriffe aux cheveux... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 14:45 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2010

Soucoupes volantes

Nous sommes dans les années 40/50 du siècle dernier. Souvenez-vous. Les Américains voient des ovnis aux quatre coins du ciel. En 1947, ils se sont même découvert un extraterrestre dont le vaisseau spatial se serait crashé près de Roswell, une bourgade du Nouveau Mexique. Hollywood lance à la chaîne des séries B de science-fiction dans lesquelles les soucoupes volantes sont plus nombreuses que les Cadillac! Etonnez-vous que, dans ce climat particulier, un objet tout bête, en plastique, créé en 1957 par Walter Frederik (Fred)... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 février 2010

Georg Trakl – Trois poèmes

Voici trois poèmes de Georg Trakl, auteur autrichien dont nous avons déjà lu Près du marais.  Juste pour accompagner la grisaille des jours d’un hiver qui n’en finit pas... Soyez indulgents pour la traduction. Antoine MackA l’est Aux orgues sauvages de la tempête d’hiverRessemble la sombre colère du peuple.Houle purpurine de la bataille que livrentDes étoiles dépouillées de leurs feuilles. Sourcils brisés, de ses bras d’argent,La nuit fait signe à des soldats mourants.Dans l’ombre du chêne automnalGémissent les esprits des... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 15:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
06 février 2010

Pauvre Méduse !

Méduse. En voilà une qui ne jouit guère de la sympathie des hommes. Des serpents en guise de cheveux, des yeux dont le regard vous transforme en caillou. Une femme dont la rencontre est synonyme de mort... Pourtant, vous serez bien obligés de constater que c’est à la cruauté des dieux qu’elle doit un destin aussi funeste. Des trois Gorgones, elle est la seule mortelle. Des trois, la seule à être séduite par un dieu et punie par une déesse prude. La seule assassinée enfin, assez lâchement d’ailleurs, par un héros. Triste histoire. ... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 21:31 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
01 février 2010

La Grande Mercedes, l’unique...

Il se tenait debout à la droite de son chauffeur, la main gauche posée sur le bord supérieur du pare-brise, le bras droit levé, doigts tendus. Soulevant les clameurs délirantes de la foule de ses Volksgenossen. Photo Corbis La grosse limousine décapotable était celle que les Allemands appelaient la Grande Mercedes. Cette voiture de chez Daimler-Benz existait en deux versions. Avec ses 7,6 litres de cylindrée, la 770 développait 170 CV. La 770 K (K pour Kompressor) affichait, elle, une puissance de 230 CV. Son réservoir contenait... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 14:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

27 janvier 2010

Les veuves noires de Hollywood

Joli titre pour une série de 18 photos nostalgie dans un Spiegel on line de ce mois de janvier. Présentations Les hommes jouent les machos, mais au bout du compte celles qui décident sont les femmes! Dans la série noire des années 40 à Hollywood, les détectives privés avares de discours et les patrons de gangs se retrouvent bien au premier plan, mais les vraies héroïnes sont les vamps sans pitié et les femmes fatales. Exemple Rita ou Gilda. Avant que son mari et metteur en scène Orson Welles la stylise en Vénus blonde dans La... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 18:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
21 janvier 2010

Comment naquit Hercule

Epouse d’Amphitryon, roi de Tirynthe, Alcmène était une femme belle, sage et fidèle. Comment expliquer alors qu’elle se trouva un jour enceinte des œuvres de Jupiter? Comme à son habitude, le maître des dieux avait eu recours, pour la séduire, à l’une de ces ruses malhonnêtes dont il était coutumier. Profitant d’une absence d’Amphitryon, parti régler un vieux compte avec les Taphiens et les Téléboéens, il apparut dans les appartements d’Alcmène sous les traits de son mari! ... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 janvier 2010

Vieux Paris

J’ai conservé de la rue Mouffetard des souvenirs estompés qui datent du milieu des années 60... du siècle dernier. Et je viens de trouver un texte de l’écrivain allemand Kurt Tucholsky qui décrit la même rue en... 1924. Né à Berlin en 1890, Tucholsky a beaucoup vécu à l’étranger à partir de cette année 1924, en particulier en France (Paris, Pyrénées), puis en Suède (de 1929 jusqu’à sa mort par suicide en 1935). En 1933, les nazis avaient brûlé ses livres... Dans de «courtes histoires», on trouve chez lui de belles pages sur Paris,... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:03 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
05 janvier 2010

Un Allemand romain

Anselm Feuerbach - Autoportrait Avec Arnold Böcklin et Hans Thoma, le peintre Anselm Feuerbach (Spire, 1829 – Venise, 1904) a formé le groupe des Römerdeutschen, les «Allemands romains», qui vécurent une grande partie de leur carrière en Italie. Feuerbach passe pour être l’un des plus remarquables peintres classiques allemands de la deuxième moitié du XIXe siècle. Son autobiographie se termine par un appendice d’intéressants aphorismes, un peu désabusés parfois, dont vous trouverez ici quelques exemples. Les meilleures... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :