05 septembre 2010

Roseaux indiscrets

Apollon et sa lyre (Musée palatin de Rome)Libéré de sa néfaste soif de l’or par le dieu Pan, Midas n’aime plus que les bois et les champs. Mais son esprit reste épais et lui vaudra encore des mésaventures. Au pied du mont Tmole dont le sommet s’élève jusqu’à la nue, près des murs de l’humble ville d’Hypaepa, Pan attire les nymphes d’alentour au son de ses légers pipeaux. Ses chants rustiques rythment leurs loisirs. Pan préfère ses pipeaux à la lyre d’Apollon. Il va, l'inconscient, jusqu'à défier le dieu de Délos. Le vieux Tmole... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2010

La soif de l’or

Midas célèbre l'arrivée de Silène par une orgie de dix jours et d'autant de nuits... Dans le monde chatoyant d’Ovide, peuplé de dieux tout-puissants et maladroits, de demi-dieux moins puissants et parfois un peu bornés, de monstres pathétiques ou grotesques, de héros aimés des hôtes de l’Olympe ou écrasés par le mauvais vouloir des mêmes, d’êtres humains innocents souvent et la plupart du temps victimes, de femmes belles et courageuses au point de se mesurer aux déesses, il fallait bien qu’apparût un jour... l’imbécile heureux.... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 20:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
30 mai 2010

Après la mort d’Orphée

Celui dont le chant captivait toutes les créatures, Orphée, est mort victime des Ménades de Thrace. Ces furies ont commencé par massacrer tous les animaux que le poète avait envoûtés. Puis elles se sont acharnées sur lui, raconte Ovide. OOOOO Lapidé, déchiré, Orphée expire. Son souffle s’exhale par cette bouche dont le chant était entendu par les rochers eux-mêmes et par les hôtes sauvages des forêts. Les oiseaux instruits par ses poèmes, les monstres qui vivent dans les déserts, les rochers du Rhodope, les essences des... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
26 avril 2010

Celui qui rejetait les femmes

  François Boucher (1703 - 1770) - Vénus, Pygmalion et Galatée Etrange artiste que ce Pygmalion, habitant de l’île de Chypre et sculpteur de très grand talent, qui, s’il faut en croire Ovide, déteste et fuit les femmes parce qu’il est scandalisé de la conduite de certaines qui ont refusé de reconnaître la divinité de Vénus. Ces femmes, la déesse les a contraintes, en représailles, à se prostituer près de son temple, avant de les laisser, imperceptiblement, se transformer en rochers.   Pygmalion vit donc... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
06 mars 2010

Le deuil de la déesse amoureuse

Le temps s’écoule immuablement et rien n’est plus rapide que les années qui s’enfuient, dit Ovide. Adonis, le fils que conçut Myrrha l’incestueuse, est devenu un jeune homme. Il est plus beau aujourd’hui qu’il n’a jamais été. Et le voilà qui enchante Vénus elle-même... Adonis' Dream (Richard Franklin) L’enfant au carquois, à qui on le comparaît lorsqu’il naquit, embrassait la déesse, sa mère. La pointe d’une flèche dépassait et blessa le sein de Vénus, bien plus profondément qu’elle ne pouvait le croire. Alors,... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 21:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2010

Le beau fruit de l’inceste

L'accouchement de Myrrha - Bernard Salomon, Lyon, 1557 Malheureuse Myrrha, c’est l’une des Furies qui a soufflé sur toi les poisons dont étaient gonflés ses affreux serpents. Tu t’épris de Cinyras, roi de Chypre, qui n’était autre que ton père... Certes tu as lutté longtemps contre cette passion fatale, désespérant un jour et le lendemain prête à tout oser. Tu as senti ton esprit s’égarer. Ne trouvant plus de repos, tu as voulu trouver un remède à ton mal en choisissant la mort. Déjà tu attaches à une poutre le funeste... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 15:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2010

Pauvre Méduse !

Méduse. En voilà une qui ne jouit guère de la sympathie des hommes. Des serpents en guise de cheveux, des yeux dont le regard vous transforme en caillou. Une femme dont la rencontre est synonyme de mort... Pourtant, vous serez bien obligés de constater que c’est à la cruauté des dieux qu’elle doit un destin aussi funeste. Des trois Gorgones, elle est la seule mortelle. Des trois, la seule à être séduite par un dieu et punie par une déesse prude. La seule assassinée enfin, assez lâchement d’ailleurs, par un héros. Triste histoire. ... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 21:31 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
21 janvier 2010

Comment naquit Hercule

Epouse d’Amphitryon, roi de Tirynthe, Alcmène était une femme belle, sage et fidèle. Comment expliquer alors qu’elle se trouva un jour enceinte des œuvres de Jupiter? Comme à son habitude, le maître des dieux avait eu recours, pour la séduire, à l’une de ces ruses malhonnêtes dont il était coutumier. Profitant d’une absence d’Amphitryon, parti régler un vieux compte avec les Taphiens et les Téléboéens, il apparut dans les appartements d’Alcmène sous les traits de son mari! ... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 décembre 2009

Les tisseuses de laine

La modestie de sa naissance ne prédisposait pas Arachnè à devenir célèbre. Elle le fut pourtant grâce à son extraordinaire talent dans l’art d’ourdir les toiles de laine. Sa renommée s’étendit vite à toutes les villes de sa Lydie natale. Souvent, pour admirer son travail, les nymphes du Timolus quittaient leurs vignes et celles du Pactole, dont les eaux charriaient l’or, désertaient les ondes de leur fleuve. L’artiste montrait tant d’habileté et de grâce légère que l’on supposait qu’elle avait été l’élève de Minerve. Mais la... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 22:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
30 novembre 2009

La lyre d’Orphée et les arbres

Avant d’aborder la légende d’Orphée, Ovide célèbre le talent du musicien, fils de la muse Calliopè. Comme il a charmé les animaux, Orphée attire même les arbres qui se déplacent pour l’écouter... Il était une colline et, au sommet de cette colline, une grande terre très plane couverte d’un vert gazon. Et ce lieu manquait d’ombre, mais dès qu’Orphée s’y fut assis pour caresser les cordes de sa lyre, l’ombre arriva... Le chêne s’en vint, et le peuplier sous lequel pleurèrent les Héliades à la mort de Phaéton, le tendre... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :