04 décembre 2010

Etrangers au château – 11. Loin de Pourtalès

Pour nous deux, le Prince de Bajalpur a bien voulu faire une exception. Il m’a laissé monter sur la banquette arrière avec ma copine. C’était génial,  pour la conduire à la gare. A la fin de son stage, elle était repartie avec le dernier groupe de l’année scolaire. Puis elle était revenue seule à Pourtalès, une semaine plus tard, pour passer les derniers jours de juin avec moi. Maintenant, l’heure était venue de la séparation. Dans la décapotable jaune qui descend la large et longue rue du 22 novembre, imaginez un couple... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 18:07 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

27 novembre 2010

Etrangers au château – 10. Surboum

Un jour, j’ai écrit une chanson. Quelqu’un l’a mise en musique. Mais je ne l’ai jamais entendue... Stavros, le Grec de Pourtalès, se piquait aussi d’en écrire, qu’il aimerait bien chanter plus tard (enfin, le moins tard possible), à Athènes ou ailleurs. Mais Wim, le Hollandais, qui étudiait la composition, n’arrivait jamais à coller dessus les airs adéquats. Le compositeur en herbe m’en a commandé une, à moi aussi. Histoire de mesurer, comme il disait, si c’était lui l’incapable ou son pote l’aède. Il avait dit ça au bar,... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 18:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2010

Etrangers au château – 9. Le taxi de Bajalpur

Avec sa Studebaker pourrie il faisait taxi, le radjah de Bajalpur. Sans jamais faire le plein. Tout juste laissait-il le pompiste lui transvaser cinq litres d’essence au grand maximum. Elle en consommait pourtant, du carburant! Ça pouvait poser des problèmes. Quand il prenait des passagers au départ de Pourtalès pour Strasbourg, il faisait payer des droits de routage plus ou moins élevés. Cinq passagers se partageaient l’acquittement du prix des cinq litres. Quatre passagers aussi. Trois de même. A deux ou seul, personne ne s’y... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
16 novembre 2010

Etrangers au château – 8. Rocky, le retour

Il n’était pas beau à voir quand il est revenu, Rocky. Discrètement, il s’était faufilé dans la chambre de Pourtalès qu’il avait partagée avec Janos et où l’attendaient toujours son électrophone et ses disques. Il s’est assis sur le lit, puis il est resté silencieux, longtemps, m’a dit Janos quand il est venu frapper à ma porte. J’habitais juste en face, de l’autre côté du couloir. Non, il n’était pas beau à voir. Pommette gauche violacée, une longue estafilade (huit points de suture) lui barrant le front, résultat probable d’un... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:16 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2010

Etrangers au château – 7. La poule

  Jonathan l’Irlandais et Rüdiger, son ami luxembourgeois, ont vendu leur roulette. Ils continuent cependant  d’occuper leur ancien casino clandestin, le bureau du premier étage. Comme ils tirent le diable par la queue depuis la fin de leur peu lucrative activité ludique, il leur arrive d’y faire, sur un petit réchaud à propane, une popote plutôt infâme. Assez longtemps, ils se sont contentés d’acheter et de chauffer des pâtes et des boîtes de tomates. Mais un jour, l’occasion faisant le larron comme on sait, il leur... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
05 novembre 2010

Etrangers au château – 6. Olympio en finale

Au tennis de table, nous n’étions pas manchots, Olympio et moi. Les petits tournois que nous organisions dans la grande salle, à Pourtalès, se terminaient presque toujours par une finale entre nous deux. Un jour de printemps, la conjonction de deux circonstances agréables, l’arrivée d’une troupe de stagiaires féminines au château et l’apparition d’un soleil précoce, nous a incités à sortir la table sur la terrasse pour une nouvelle opposition, en fin d’après-midi. Les jeunes filles ont été invitées et quelques-unes sont... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 14:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

01 novembre 2010

Etrangers au château – 5. Rocky en ville

Ce jour-là, je l’avais rencontré place Gutenberg. Rocky promenait sa haute silhouette devant la brasserie Aux Armes de la Ville, à l’angle de la rue des Tonneliers, des fleurs blanches à la main. Avec son bouquet, il donnait l’impression de pencher vers sa droite... - Tu viens avec moi?- Où ça ?- Aux Hospices civils. (Il dit ça avec un sourire). A la maternité. J’ai suivi, un peu perplexe. Il avançait, passait à ma droite, revenait à ma gauche, en sifflotant. Il dansait autour de moi en descendant la rue. - Enfin, tu peux... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 16:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
27 octobre 2010

Etrangers au château – 4. Rouge, pair et manque

- Le 16, rouge, pair et manque. Il n’y a que Rocky qui gagne sur ce coup. Croupier plutôt maladroit, Rüdiger le Luxembourgeois lançait ce soir-là la petite boule de la roulette depuis deux heures déjà. Et Jonathan l’Irlandais ratissait avec une étonnante adresse les plaques que jetaient sur le tapis aux trente-six cases rouges et noires les dix joueurs qu’ils avaient attirés. Ces deux-là avaient le chic pour monter ensemble les entreprises les plus inattendues. Comme d’ouvrir un casino clandestin dans le bureau le plus... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 octobre 2010

Etrangers au château – 3. Mat en trois coups

Nicolae Ceaucescu n’était encore qu’un obscur membre lambda du Comité central du parti communiste roumain quand Ilie avait quitté son pays. A quarante ans passés, Ilie demeurait maintenant à Pourtalès, en attendant que son affaire s’arrange. Là-bas, en Roumanie, il avait été pharmacien. En 1960, en France, il n’était plus rien. Et il attendait que l’on veuille bien statuer sur son dossier... Est-ce qu’il gagnait sa vie en s’occupant du petit bar de notre baraquement? J’en doute. Mais nous ne posions pas trop de... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 18:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
23 octobre 2010

Etrangers au château – 2. Rock’n’roll

Rocky était Hongrois. Il était arrivé à Strasbourg fin 1956, après l’insurrection populaire d’octobre-novembre dans son pays et l’entrée des chars soviétiques à Budapest. Je crois que je n’ai jamais entendu ni son vrai nom, ni même son prénom. Par contre, il nous racontait souvent ses aventures dans les rues de Budapest, où il faisait face aux Russes. Il savait dire sa chance de n’avoir pas fini au nombre des quelque 3000 morts recensés, l’aubaine enfin d’avoir pu s’échapper, comme 21000 compatriotes, juste avant le 21... [Lire la suite]
Posté par Oiseleur à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :