Dans les années 60 d’un autre temps, le grand Cavanna a publié une œuvre magistrale intitulée Les Aventures de Dieu. En bon Rital, fidèle à la Bible romaine, il avait commencé par la Genèse. Loin de moi l’idée de vouloir l’imiter dans un tel travail de Titan. Je souhaite seulement combler une petite lacune... d’avant le début des temps, qui risque d’avoir de néfastes conséquences après leur fin (aux temps).

creation_d_Adam__detail__Michel_Ange_

Lorsqu’Il conçut le projet de créer l’Univers – mais Dieu sait-Il encore quand ? – Il conçut bien, en même temps, qu’il Lui faudrait du temps. Des heures et des heures... et d’après Ses propres plans, Il ne disposait, en tout et pour tout, que d’une petite semaine! Aussi décida-t-Il tout de suite de Se donner, avant de commencer, un peu de temps, comme il était en Son infini pouvoir. Ce fut alors le temps d’une longue et divine réflexion.


Par moments, ça L’énervait: à réfléchir comme ça, Il constatait qu’Il perdait du temps. Et comme c’était Son temps, ça L’agaçait encore plus, car Il S’en rendait compte, de temps en temps. Je perds Mon temps! marmonnait-Il alors à l’adresse d’une vague ébauche d’archange qui n’y était pour rien pourtant.


Dieu Se vit bientôt prêt à tout abandonner, au fur et à mesure que s’écoulait le temps... qui, Il le voyait bien, se faisait ironique en sifflotant Un temps pour chaque chose et Tu dureras longtemps. Insultant pour Un qui est l’Eternel.


Bon! Il se faisait temps, tout doucement, de Se mettre à la Création. Et Dieu eut une idée qu’Il voulut croire géniale. Il allait Se fabriquer, en débutant, un temps qui soit un tant soit peu compatible avec ses desseins (qui lui paraissaient maintenant un peu impénétrables).  Eternel es-Tu, éternel sera Ton temps serait Sa devise. Comprenez par là qu’Il allait Se doter d’heures qui seraient si longues, longues, longues qu’Il pourrait travailler temps qu’et plus... Et Dieu fut content*.

*[en oubliant malheureusement qu’Il Lui arriverait forcément de somnoler parfois, au boulot, ... à force de trimer. Dans ces moments-là, Il savait bien qu’il créerait des trous noirs, creusant des ornières traîtresses dans le chemin des Cieux, sous les roues des âmes simples que vous êtes. Ce qui n’arrangerait rien... je veux dire, pour vous.]

 

OOOOO

 

Alors Dieu créa tout, à Son rythme temporel à Lui. (A-t-Il seulement fini, à l’heure qu’il est?) Inutile de recopier ici la Genèse, c’était le boulot de Cavanna. Et le temps nous manquerait. Mais notons seulement qu’il existe dans l’Univers qu’Il a monté comme un grand meccano d’innombrables planètes habitées par d’infinies variétés d’espèces qu’il plaît aux humains de dire intelligentes, juste pour pouvoir se classer avec elles, sur la même étagère. Remarquons aussi que ces mondes ne sont pas équidistants de leurs soleils respectifs. Vous suivez? Oui? Alors, malins comme moi et comme je vous connais, vous aurez déjà mis le doigt sur la faille.


La faille des temps, je veux dire. Chacune de ces espèces – Sacrilège, Se dit Dieu, ils vont se f..tant de Moi! – a créé (oui, créé!!!) son propre temps. En fonction de sa distance à son soleil à elle. Les Terriens ont même fait pire, en ajoutant le temps de l’heure d’hiver et le temps de l’heure d’été – la faute, peut-être,  à tant et tant de  marquises?


Et Dieu Se rendit compte qu’Il avait créé un bordel important! Imaginez les conséquences de Sa bourde... Il y en a tant! Ici, nous n’en retiendrons qu’une cependant.

Lorsque votre temps est écoulé (le vôtre, ou bien celui du zwyg2R de derrière Aldébaran, et celui de toutes les autres créatures que Dieu fit en ces anciens temps...), considérez que vous vous pointez devant la guérite de Saint Pierre en moins d’une seconde de Son temps à Lui, puisque vous avez voyagé encore dans votre temps à vous, qui est bien plus rapide. Résultat: tout le monde arrive en même temps et c’est l’embouteillage constant. Alors, avec cette fichue idée qu’Il a eue de décider de surcroît que l’on n’entrerait au Paradis que par la porte étroite, voyez le tableau!


Je vous le dis. J’ai fait mes calculs. Devant chez Lui, des milliards de milliards de milliards de Ses sujets... attendent, désœuvrés, oisifs. (Et l’oisiveté, souvenez-vous... est mère de tant et tant de maux.) Surtout si l’on garde à l’esprit que tous les temps mesurés à coups de déplacements de soleils et d’étoiles reposent, dans leur essence, sur des pléthores de révolutions, vous pouvez vous attendre à une fin des temps mouvementée, pour le moins.


Voici quelques exemples de ce que vous risquez de découvrir, lorsque sera venu votre temps.


Sur un blanc cumulus nonchalamment appuyée, la sombre Judith tue le temps... Sous le regard noir de la Mélancholie, elle joue au bilboquet avec le crâne assyrien d’Holopherne et une côte d’Adam, égarée par là à la suite d’un essai initial et peu concluant pour créer la femme parfaite du premier homme (lui-même assez brouillon) – travail difficile, mais pour Lui (Dieu), si tentant.


Le Mannekenpiss, qui semble être le seul à savoir s’amuser pour passer son temps, a enrôlé tous les angelots à petites fesses rebondies et leur apprend à mouiller les cordes des harpes célestes.


Etendu, à la romaine, sur un nuage frangé de rose, un zwyg2R, venu il y a trois siècles (temps de chez lui) d’une minuscule planète perdue à des années-lumière (distance de chez vous) derrière Aldébaran, tourne la tête vers son voisin de strapontin et soupire Qwertyxp(357)lativer[niun]garzoky... (Ce qui signifie: C’est long...) – M’en parlez pas, c’est l’Enfer! répond Dante.


Lucifer, qui porte la torche
et donc y voit clair depuis un sacré bout de temps
P.c.c. Antoine Mack