Mars__V_nus__Vulcain                                                                                                                                                                                                                Louis Jean François Lagrenée, l'Aîné (1725-1805)

La mythologie, vous commencez à vous en douter, regorge de vilains mouchards. Même le Soleil n’a pas su tenir sa langue quand il a découvert les amours interdites de Mars et de Vénus.

Vénus était l’épouse de Vulcain. Couple bien mal assorti. Le dieu du feu, des métaux et des forgerons, fils difforme de Junon,  avait proprement extorqué à sa mère l’accomplissement de son mariage avec la déesse de la beauté. Que cette dernière se soit laissé séduire par Mars n’a donc rien de bien étonnant... La fière allure du militaire, le prestige de l’uniforme !

Premier à tout voir dans le monde, à sa propre lumière et dès son lever, le Soleil surprend un jour les deux amants divins. Scandalisé, il se précipite dans la forge de Vulcain, sur l’une des îles éoliennes, près de l’Etna, pour le mettre au courant de son infortune.

Consterné (on le serait à moins !), le dieu-forgeron s’indigne et se met en colère. Voilà qu’il laisse échapper le fer que travaille sa main et qu’il commence à fabriquer des chaînes d’airain. Fines cependant,  comme un tissu léger, délicat, presque imperceptible, il les tresse en filet. Le lin enroulé sur le fuseau, la toile légère qu’Arachné suspend sous les pentes des vieux toits n’égalent pas en finesse ce merveilleux lacis de métal. Vulcain en combine avec adresse les ressorts qui obéiront au moindre de ses mouvements.

Ce piège invisible, il l’attache au lit des amants. Dès qu’ils sont étendus, il actionne les rets. Il surprend ainsi les tourtereaux adultères et les retient prisonniers, dans leurs embrassements.

Alors, il ouvre au large les portes d’ivoire de son palais. Au spectacle des amants confondus il convoque tous les dieux, exhibant devant eux le couple enchaîné, honteux et confus. Et les dieux, nous disent Homère et Ovide, se mirent à rire à gorge déployée de la mésaventure de Mars et de Vénus. Peut-être aussi (qui sait ?) des malheurs de Vulcain...

Se gavant les yeux des formes dévoilées de Vénus, certains de ces immortels, croit-on savoir, allèrent même jusqu’à souhaiter subir un jour... la même honte au même prix, incorrigibles pendards !

Antoine Mack